Personne n’ignore que les repas consommés au restaurant sont souvent plus copieux que ceux préparés à la maison. À l’heure actuelle, certains États américains et certaines provinces canadiennes (Colombie-Britannique, Manitoba) obligent les grandes chaînes de restauration à afficher, entre autres, le nombre de calories sur leur menu. Cette mesure législative, mise en place par les autorités en santé publique, vise à aider la population à faire des choix plus informés. Les consommateurs se tournent-ils réellement vers des options plus saines? Qu’en disent les dernières études quant à l’affichage nutritionnel au menu?

L’effet de l’information nutritionnelle des menus

Les dernières recherches sur le sujet ont démontré que l’étiquetage des menus n’avait pas tout à fait l’effet escompté. En effet, il faut t’attarder principalement à 2 facteurs :

  • Les calories sélectionnées par le consommateur (donc celles affichées en-dessous d’un item sur le menu);
  • Les calories réellement consommées par les clients.

Lorsque l’information nutritionnelle était disponible, les calories sélectionnées avaient diminué d’environ 31 calories alors que celles consommées avaient diminué de seulement 13 calories. Toutefois, lorsqu’une mise en contexte était ajoutée, la diminution des calories sélectionnées et consommées était beaucoup plus marquée, soit de 67 et 81 calories respectivement.

Un adulte moyen devrait consommer environ 2000 calories par jour.

À titre d’exemple, l’ajout de l’apport calorique quotidien recommandé pour les adultes aide à mieux interpréter le nombre de calories contenues dans les différents items du menu. En effet, sachant que la salade César en entrée renferme près de 400 calories, il est frappant de réaliser que cela représente environ le cinquième de l’apport alloué pour la journée.

Fait intéressant, mais non pas étonnant : les femmes sont plus enclines à utiliser l’information nutritionnelle des menus afin de sélectionner des options moins caloriques et par conséquent, réduire le nombre de calories consommées au restaurant.

Si tu visites les restaurants à peine quelques fois par année, ces informations auront probablement peu d’impact sur tes choix alimentaires. Or, que ce soit entre amis ou encore pour des rencontres d’affaires, si tu y vas fréquemment, il serait peut-être intéressant que tu attardes davantage aux profils nutritionnels des mets que tu choisis.

Psst! Quoiqu’il en soit, il est bien facile que tu le penses de bien manger à petit prix, et ce, à la maison!

En résumé !

En conclusion, les chercheurs évoquent le besoin d’explorer davantage le type d’approche à privilégier afin de fournir aux consommateurs plus d’informations nutritionnelles sur les menus. Les études sont unanimes sur ce point : il est essentiel de tenir compte des différents niveaux de compréhension des consommateurs puisque ces informations sont parfois complexes à déchiffrer. Dans l’éventualité où cette pratique serait implantée à plus grande échelle, des programmes d’éducation devront indéniablement être mis en place pour permettre à la population d’utiliser adéquatement ces informations. Donc, pour toi, c'est bon ou bof l'affichage nutritionnel au menu?

Tu aimes ? Tu partages !

Comment as-tu trouvé cet article ?

Abonne-toi à l'infolettre pour ne rien manquer!

Les nouveautés, de délicieuses recettes et une foule de conseils pratiques, c'est bon pour toi!