En alimentation, les excès et les carences sont à éviter! Une surconsommation de sucres raffinés peut être à l’origine d’une intolérance au glucose, pouvant mener à l’apparition du diabète; un excès de mauvais gras (gras saturés et gras trans) risque de boucher les artères, mais qu’en est-il des protéines? L’alimentation nord-américaine en fournit-elle trop? En manges-tu de façon excessive? Si oui, quels en sont les dangers?

L’apport recommandé en protéines

Les besoins en protéines sont déterminés en fonction du poids corporel. Ainsi, pour un adulte, il est recommandé de consommer en moyenne 0,8 g de protéines par kg de poids corporel par jour. Néanmoins, plusieurs études ont démontré que cet apport était insuffisant pour les personnes âgées et les gens très actifs. En effet, il est d’avis que leurs besoins protéiques se situeraient davantage entre 1,2 et 1,6 g/kg de poids par jour.

Psst! En ce sens, il est difficile de déterminer à quel moment une prise de protéines peut devenir excessive, puisque les besoins sont relativement variables d’une personne à l’autre.

Cependant, comme l’apport en protéines devrait représenter de 10 à 35 % de l’apport énergétique total, il est fréquemment considéré qu’une consommation qui atteint 35 % de l’apport énergétique total ou l’excède serait trop élevée et n’apporterait pas de bénéfices à l’organisme. Pour une diète fournissant 2000 calories quotidiennement, un apport en protéines supérieur à 175 g par jour serait alors considéré comme étant élevé.

Les effets d’une diète riche en protéines

La croyance la plus répandue associée à une consommation élevée de protéines concerne la crainte d’une atteinte rénale. En effet, une partie des protéines consommées en excès est rejetée dans l’urine. Ainsi, en manger une quantité supérieure aux besoins pourrait donc surcharger le travail des reins, qui ont comme rôle de filtrer l’urine. Conséquemment, tu pourrais endommager tes organes vitaux.

Toutefois, les études sur le sujet ne montrent aucune évidence qui supporterait cette hypothèse. Plus précisément, il est vrai que chez les gens ayant une fonction rénale normale, une alimentation riche en protéines augmenterait le taux de filtration glomérulaire (la filtration glomérulaire indique le volume de liquide filtré par le rein par unité de temps et permet de quantifier l’activité des reins!). Un taux élevé signifie que les reins travaillent davantage. Cependant, les études tendent à démontrer que le taux de filtration glomérulaire n’aurait pas d’influence réelle sur le déclin de la fonction rénale. Par conséquent, l’impact d’une prise élevée de protéines sur celui-ci ne pourrait être relié à une atteinte rénale.

Attention à la santé de tes reins!

Il en est autrement pour les personnes qui souffrent déjà d’une insuffisance rénale. Dans ce cas bien particulier, il est recommandé de surveiller de plus près sa consommation de protéines et de ne pas dépasser les apports recommandés. Le but est d’éviter de fournir un travail supplémentaire aux reins qui doivent déjà composés avec une fonction diminuée.

En outre, de plus en plus d’études récentes remettent en question les possibles effets néfastes d’un apport excessif en protéines. Les évidences pointent plutôt toutes vers la même direction, soit qu’une consommation de protéines supérieure aux recommandations actuelles améliorerait la santé des individus. Par exemple, cela favoriserait la régulation de l’appétit, le contrôle du poids, les performances sportives des athlètes ainsi que la santé osseuse des personnes âgées.

En résumé !

Bref, il est vrai qu’il est facile de consommer des quantités de protéines qui sont supérieures aux recommandations, surtout en raison des portions de viande, de volaille et de poisson qui sont souvent trop grosses. La peur d’en manger trop est donc légitime. Pour l’instant, il ne semple pourtant pas y avoir lieu de t'inquiéter outre mesure. Une personne qui varie ses sources de protéines et les réparties adéquatement au cours de la journée ne devrait pas encourir de problèmes pouvant nuire à sa santé. Privilégie les protéines végétales, telles que les légumineuses, les produits céréaliers à grains entiers et les noix est aussi essentiel! Il ne faut pas lésiner sur la qualité de ce que l’on mange!

Terme connexe

Tu aimes ? Tu partages !

Comment as-tu trouvé cet article ?

Abonne-toi à l'infolettre pour ne rien manquer!

Les nouveautés, de délicieuses recettes et une foule de conseils pratiques, c'est bon pour toi!