Quand tu es pris dans la spirale infernale de la culpabilité alimentaire et de la restriction cognitive, il est facile de naviguer sur l’auto-pilote et de ne jamais dévier de ta route. Or, pour te libérer de la culpabilité alimentaire, il faut parfois dévier et te questionner. En effet, la plupart des gens croient qu’il est anormal de ressentir des envies pour la nourriture, mais il s’agit bel et bien d’un comportement habituel chez l’homme. Il suffit de le remarquer et de l’accepter.

La culpabilité alimentaire, comme une vague qui déferle

Certains pensent que, s’ils ne cèdent pas à la tentation, l’envie s’intensifiera et sera toujours plus forte. Ce n’est pas toujours le cas. Après coup, l’envie se dissipe bien souvent.

Il faut plutôt voir le phénomène de la culpabilité alimentaire comme une vague qui se forme (la crête) et qui déferle (le creux). Ce phénomène n’existe que s’il y a du vent et des courants marins que tu pourrais comparer, dans le cas de la culpabilité alimentaire, à l’environnement immédiat, c’est-à-dire à ton entourage, aux lieux situés à proximité, à la publicité, etc. Lorsqu’il n’y a pas de vent ni de courant, il n’y a pas de vague. Bien entendu, il peut y avoir un peu de houle, qui correspond aux choix alimentaires que tu fais quotidiennement.

Mais cette houle ne représente pas une source de stress. L’amplitude et la hauteur de la vague, de même que la longueur d’onde dépendent de la force des vents et du courant. Ainsi, plus il y a de facteurs qui te poussent à surconsommer et à outrepasser tes signaux, plus la vague est grosse et puissante, et plus elle peut se transformer en véritable tsunami.

Certes, il y a des risques de rechutes, mais il est possible de te libérer de la restriction cognitive et de la culpabilité alimentaire!

Pour y arriver, rappelle-toi cet acronyme : LIBRE.

  • Comment te libérer de la restriction cognitive?
    1.

    Lâcher prise

    La première étape est de lâcher prise, de ne pas trop t’en faire. Il faut accepter que les rechutes font partie du processus de guérison, mais qu’il sera toujours possible de t’en libérer en évitant certains pièges. La plupart des rechutes surviennent en présence d’émotions négatives, de stress ou de personnes, de lieux ou de circonstances qui te rappellent tes anciennes habitudes.

  • Comment te libérer de la restriction cognitive?
    2.

    Inspirer/expirer

    La respiration permet de te reconnecter avec toi-même. Il est suggéré de prendre de 3 à 4 longues inspirations par le nez jusqu’au gonflement complet des poumons. Retiens chaque inspiration quelques secondes, puis expire.

  • Comment te libérer de la restriction cognitive?
    3.

    Bon sens

    Fie-toi à ton GBS (gros bon sens!). Pose-toi les bonnes questions. À la suite de la lecture de cet article, tu seras mieux outillé pour affronter les situations qui t’amène à ressentir de la culpabilité alimentaire.

  • Comment te libérer de la restriction cognitive?
    4.

    Rappel à l’ordre

    Il est important de te rappeler régulièrement à l’ordre. Que se passera-t-il si tu répètes ton comportement. Comment te sentiras-tu après?

  • Comment te libérer de la restriction cognitive?
    5.

    Écouter tes signaux

    Rappelle-toi que tu as toujours le choix. Écoute tes signaux et détermine si tu as réellement faim ou si ton envie de manger est liée à une mauvaise habitude, à l’influence des autres, à une réponse négative à une situation, à une faim causée par le stress, etc. Comme tu as pu le voir, la restriction cognitive est une arme silencieuse et sournoise. Elle s’installe progressivement et peut faire des dommages irréparables. Il est important de trouver les bonnes stratégies pour t’en départir afin qu’elle ne puisse pas faire les ravages qu’on lui connaît.

En résumé !

Rappelle-toi l’acronyme LIBRE afin d’éviter l’apparition de la culpabilité alimentaire!

Terme connexe

Tu aimes ? Tu partages !

Comment as-tu trouvé cet article ?

Abonne-toi à l'infolettre pour ne rien manquer!

Les nouveautés, de délicieuses recettes et une foule de conseils pratiques, c'est bon pour toi!