On le sait bien, le café est apprécié notamment pour son goût et pour l’effet de la caféine qu’il renferme. Il est donc aussi largement consommé en après-midi pour lutter contre le fameux coup de barre de 15 h. Mais pourquoi certaines personnes réagissent-elles fortement à la caféine tandis que d’autres peuvent consommer un café tout juste avant d’aller au lit? Une question de tolérance? Quoiqu’il ne soit, le métabolisme du café en fascine plus d’un!

Métabolisme lent ou rapide?

Es-tu du genre à siroter un café en fin de soirée? Ou, pour toi, ce serait plutôt synonyme de nuit blanche? Lors d’une soirée en famille ou entre amis, les deux extrêmes se côtoient assurément. Mais quelle en est la cause? Le gène CYP1A2. En effet, ce dernier est responsable de ta tolérance, donc de la vitesse à laquelle tu métabolises la caféine. La présence d’une mutation sur ce gène indique que la dégradation de la caféine dans l’organisme est lente.

Mais ces tests se détaillent souvent à quelques centaines de dollars… Ce n’est pas donné!

Le seul moyen de déterminer avec certitude si tu es porteur de ce gène est d’effectuer un test de nutrigénétique offert par certaines compagnies qui analysent l’interaction entre les gènes et les aliments. Par contre, si tu as des palpitations après avoir bu un café ou une boisson énergisante, tu as sûrement la mutation (plutôt bas dans le score de tolérance!). Tu l’auras compris; nul besoin de tests génétiques pour le prouver!

La caféine, le meilleur remède contre la fatigue?

Pourquoi consommes-tu du café? Pour son goût? Pour sa chaleur réconfortante? Pour sa fraicheur envoutante (eh oui, on aime de plus en plus les cafés glacés!)? Ou bien pour la caféine? Pour plusieurs, c’est cette caféine qui les incite à consommer du café. Effectivement, plus d’un le consomme pour tirer profit de cette lutte contre la fatigue. Comment cette molécule te permet-elle d’améliorer ta concentration et de prévenir la fatigue qui commence à se faire sentir?

Le signal de fatigue est envoyé par une molécule, appelée adénosine, qui s’accumule dans le cerveau. La caféine l’empêche en quelque sorte de remplir ses fonctions en se fixant aux récepteurs de l’adénosine. Par conséquent, elle bloque son action, ce qui diminue la sensation de fatigue.

D’ailleurs, la caféine n’est pas présente uniquement que dans le café, mais également dans le thé, dans le chocolat, dans certaines boissons gazeuses et même dans certaines classes de médicaments!

Tu n’es pas fervent de café? N’aie crainte! Une alimentation saine, équilibrée et variée est suffisante pour te fournir l’énergie nécessaire pour accomplir toutes tes tâches de la vie quotidienne.

Psst! Certains raffolent des grains de café à l’heure de la collation! Prêt à les essayer?

Le café, à consommer avec modération

La caféine est reconnue pour son rôle dans l’augmentation de la vigilance à court terme. Chez les personnes plus sensibles, ce stimulant peut engendrer des effets secondaires tels que l’insomnie, l’irritabilité, la nervosité ainsi que des maux de tête.

Santé Canada recommande de limiter ton apport quotidien à 400 mg par jour, ce qui équivaut à environ 3 tasses de café filtre régulier. Pour les femmes enceintes, allaitant ou encore prévoyant devenir enceintes, la recommandation est plutôt fixée à 300 mg par jour. L’analyse de Santé Canada a démontré que cet apport quotidien n’entraine pas d’effets indésirables, peu importe ta tolérance!

Par ailleurs, une consommation de caféine modérée ne serait pas associée aux maladies cardiovasculaires, au cancer ou à l’ostéoporose.

Savais-tu que :

71 % des Canadiens âgés entre 18 et 79 ans ont bu un café hier?

36 % des Canadiens âgés entre 18 et 79 ans détiennent une machine à café à infusion d’une tasse?

79 % du café est consommé à l’extérieur de la maison? Bien que ce pourcentage soit élevé, la consommation de café à l’extérieur de la maison est également en augmentation.

Le café et le sport

Les athlètes de sports d’endurance, comme les cyclistes ou les triathloniens par exemple, ne jurent que par leur dose de caféine avant le départ officiel de leur épreuve. La caféine a-t-elle réellement un impact sur les performances? En partie. Une récente étude a démontré qu’un effet positif sur les performances serait plus marqué chez les personnes qui métabolisent rapidement la caféine, donc qui ont une meilleure tolérance. La caféine bloquerait certains messagers du système nerveux central, ce qui réduirait les douleurs musculaires ressenties à l’effort. Ainsi, les athlètes ont moins de difficulté à poursuivre l’effort intense que requiert leur épreuve sans pour autant ressentir plus de douleurs.

En résumé !

En résumé, les Canadiens figurent parmi les plus grands consommateurs de café. Cette boisson a la cote et constitue un élément central, dont pour certains essentiels, au quotidien. Comme toutes les occasions sont bonnes pour le consommer, il vaut mieux le faire avec modération et l’apprécier pleinement.

Tu aimes ? Tu partages !

Comment as-tu trouvé cet article ?

Abonne-toi à l'infolettre pour ne rien manquer!

Les nouveautés, de délicieuses recettes et une foule de conseils pratiques, c'est bon pour toi!