Chaque mois, de nombreuses femmes ressentent certains inconforts avant leurs règles. Ah, le cycle menstruel! Pour certaines d’entre elles, des symptômes psychologiques, émotionnels et physiques plus intenses sont observés. Il peut s’agir du syndrome prémenstruel (SPM). Et ça influence l’appétit…

Savais-tu qu’il existe également le trouble dysphorique prémenstruel, une forme plus sévère du syndrome prémenstruel? Ce trouble encore méconnu interfère significativement avec le quotidien de ces femmes.

Mais… Les symptômes se font-ils sentir jusqu’à dans l’assiette?

Le trouble dysphorique prémenstruel

Ce trouble diffère considérablement du syndrome prémenstruel. En effet, il entraîne des symptômes physiques et émotionnels qui interfèrent à différents niveaux avec les activités quotidiennes des femmes. Les symptômes incluent notamment des sauts d’humeur, un sentiment de perte de contrôle, de l’anxiété, et bien d’autres. Les symptômes surviennent généralement une semaine avant les règles et s’estompent lors du début des règles. Pendant cette période, certaines femmes ne peuvent plus vaquer à leurs activités quotidiennes habituelles. Un diagnostic doit être posé par un médecin selon des critères précis.

Bon à savoir : parmi les critères diagnostiques figurent les modifications des habitudes alimentaires.

L’appétit : les rages alimentaires 

Il semble que les femmes atteintes du trouble dysphorique prémenstruel (ou tout simplement toutes les femmes avec leur cycle menstruel) aient une attirance particulière envers les aliments très sucrés tels que les friandises, le chocolat, les pâtisseries, les viennoiseries et les bonbons. La modification des habitudes alimentaires constitue un des traitements.

Les recommandations pour l’alimentation

Tout comme pour les femmes souffrant du trouble prémenstruel, il est recommandé de consommer avec modération la caféine, le sucre et l’alcool. La consommation de plusieurs petits repas plus fréquemment pourrait également aider. Des données récentes suggèrent qu’une consommation d’aliments riches en protéines (c’est-à-dire des œufs, des noix, des produits laitiers, du poisson) ou de glucides complexes (c’est-à-dire des légumineuses) pourrait contribuer à augmenter le tryptophane, un précurseur de la sérotonine qui est responsable de l’humeur. Plus d’études sont évidemment nécessaires avant que cette recommandation soit officielle.

Des astuces pratiques pour réguler l’appétit (et contrôler les rages alimentaires)

Consomme une variété d’aliments nourrissants provenant de chacun des groupes alimentaires : fruits et légumes, produits céréaliers de grains entiers, lait et substituts et viandes et substituts.

Lors des collations, assure-toi de combiner une source de glucides à une source de protéines afin de prolonger le sentiment de satiété et prévenir les fringales.

Quelques idées pour t’inspirer :

  • Raisins + cubes de fromage;
  • Fruits séchés + poignée de noix et graines;
  • Fruit frais + yogourt;
  • Maïs soufflé + pois chiches grillés.

Psst! Tu peux même pimper ton popcorn! C’est juste trop bon pour ne pas en profiter!

En résumé !

En résumé, il ne faut pas oublier que les principes de base d’une saine alimentation reposent sur la même devise : variété et équilibre sont toujours de mise.

Tu aimes ? Tu partages !

Comment as-tu trouvé cet article ?

Abonne-toi à l'infolettre pour ne rien manquer!

Les nouveautés, de délicieuses recettes et une foule de conseils pratiques, c'est bon pour toi!